agostini
Pauline CATHERINOT

 

Elle cherche, dans l’écriture, une rythmique dissonante. Le mot est découpé ou aphone. Le verbe devient alors une voix, une voix crachée. Mot qui colle à la peau et aux crocs. En trouver les frontières. Les marges. Les infinis. En mouvement. Corrompre le sens et dans la bouche-pleine : avaler les silences. Le V.E.R.B.E comme réservoir de la pensée et du vide. Un avenir absorbé et... dans les vitrines, ce chat dort entre Heidsieck et Chopin... Expérimentation(s)... des noirs et du blanc... Des accrocs ou accords pour se laisser aller à d’autres gammes. Vers. Des trajectoires tissées sur un fil étoilé – entre le rêve et la réalité – Lecture-spectacle, Théâtre, Musique et Corporéité du mot s’entremêlent, se croisent... Une douceur presque innocente.

Publications
No Wonderland, éd. Plaine page

Anthologie arbitraire de poésie féminine (éd. Le Bateau ivre) Sous vide II
Papier-Carbone, éd. Gros Textes
36 choses à faire avant de mourir, éd. Pré#Carré Anthologies Sète 2014, éd. Bruno Doucey

Revues: L'Agacé de Sète; Le Tas des mots; To be or not to be
Livres d'artistes, avec Éric Demelis : Pluie carrée ; Renata ; Nous, les fantômes

http://encephalogrammeduspectateur.wordpress.com

 

 

 

 

Retour >