lespinasse
Sébastien LESPINASSE

Né à Marseille, 32 ans, vit et ronfle à Toulouse et à Vinon-sur-Verdon (France).

Entrepreneur d'expériences, laboureur de langues, redécouvre et interprète les pionniers futuristes, dada, lettristes...  Prend les mots à la gorge et les jette par dessus page lors de performances souvent ludiques, bute, cogne, frotte les oreilles, tympans, peau, yeux, œsophage, estomac, tripes, etc...

Poète performeur, il aime provoquer des situations et des rencontres dans des lieux inattendus (lavomatiques, gares, supermarchés, collèges...).

Depuis plusieurs années il explore les possibilités d'une mise en vibration de l'écriture par la projection du souffle : ses recherches l'ont ainsi conduit vers les pionniers de la poésie sonore (Schwitters, Tzara, Isou) et à l'élaboration d'une forme de poème-partition au déroulement imprévu.

Ce travail sonore élabore, non sans humour, un espace poétique où le sens des mots, le corps des lettres et du récitant se provoquent, luttent ensemble, s'échangent dans des étreintes passionnées.

Cofondateur avec Aurélio Diaz Ronda de la revue Le Grand Os (poésies expérimentales et sonores). Organisateur avec Yves Lepestipon des Rencontres des Bouches, manifestations sauvages dans des coins perdus entre poésie, promenade, récit, conférence, gastronomie, théologie, etc… (et + si affinités)

Disques édités :

R, poésie sonore (solo) éd. Pneuma (Toulouse) 2006
Windpipe Moods compilation de poésie sonore, éd. Mukow (Londres) 2005
Aphorismes, avec Sébastien Cirotteau (trompette), éd. Pneuma (Toulouse) 2005
Nuit de l’Ecrit, avec plein d’autres poètes, éd. Plaine Page (Barjols) 2008

www.ubu.com/sound/lespinasse

Participation à de nombreux festivals & manifestations (Voix de la Méditerranée, Marché de la Poésie, Lundi Cave-Poésie, Forum des Langues du Monde…) et quelques revues (22mdp, Linéa, Odradek…)

"On gonfle les mots ils gonflent leur peau de mots autour de nos souffles ils me re-gonflent quand j’ex-pire on ne se dégon-fle pas je continue la pression mes doigts crissent le long de la peau plastique ils sont gonflés à bloc parfois les mots me gonflent parfois les mots nous crèvent parfois les mots éclatent."

 

 

 

 

Retour >